22/03/2008

Ma pire session de Cash Game

Récente série loose hier en Cash Game..

Partant avec 85$ suite à ce petit tournoi à 1$10 que j'ai remporté mercredi, j'ai atteint vendredi matin les 93$ en 1/2 heure.
Reprenant le poker en fin d'après-midi, je me fixe comme objectif d'atteindre les 100$, réserve que je veux atteindre avant de commencer à tenter ma chance sur des tournois à plus gros buy-in (soit à mon niveau : l'entrée à 3$25)..

Ca ne s'est cependant pas passé comme prévu, car je finis ma session à 58$, pourrissant ainsi mes efforts de la semaine, et aussi mon moral pour la soirée..

Sur 4 tables (5$ sur chacune) j'essaye d'analyser à froid ce qui s'est passé :

D'abord, JJ en main au bouton, un petit tapis à 2$ part all-in pré-flop pour la 3ème fois consécutive (ça sentait le tilt). Mon JJ se heurte à son QQ. Pas de miracle..

Ensuite arrive ce bat-beat énorme (à mon souvenir le pire qui m'ait été infligé) : un brelan max au flop suivi par 2 gambleur dont un qui touche un brelan supérieur sur la river.. 10$ s'envolent..

Et là c'est l'enchainement..
Voulant remonter à tout prix, je perds mon calme et ouvre 2 tables de plus.

Une première paire de roi tombe face une calling-station qui touche son as..

Puis, j'effraye tout le monde avec cette paire d'as pourtant calmement relancée pré-flop..

Lorsqu'on suit ma relance sur cet As-K, le flop s'avère dangereux et je dois jeter..


Frustré de ces quelques bonnes mains non rentabilisées, j'en joue de plus en plus mal.


Je ne raise pas cet AK et attends qu'un A-10 touche un 10 pour le payer, stupidement.

Je ne fais même pas de continuation bet sur cette 2ème paire de Roi lorqu'un As tombe au flop (= un appel direct au raise dont ne s'est pas privé le limper) et lâche ma main un peu vite ..

Je ne relance pas avec cette paire de Rois, laissant le raiseur toucher son As au flop..

Un autre As-Roi, correctement raisé cette fois-ci, se heurte à un As-3 qui touche son 3 au flop, évidement...

Et pour finir, cette double paire au flop qui ne vaut plus rien à la turn, et que je jette donc..


Bref, c'est ce qu'on appelle un bad run, même si un bad run à -35$ fait toujours moins mal qu'un bad-run de joueur pro (-500$ sur ce bad run de camile !! aïe !)


J'ai donc perdu 1/3 de ma bankroll, mais ce n'est pas la mort.
Même si on ne s'en rend pas compte, continuer à jouer après s'être pris un bad beat nous met dans un état second, à l'opposé de la sérénité (on cherche à récupérer ses pertes), ce qui est à éviter.
La prochaine fois, je ferme Pokerstars pour la journée.

Quand au nombre de table : 6 c'est trop.
Ça m'empêche de prendre en compte le style des personne en face lors des grosses décisions. Dorénavant, je vais donc me restreindre à 4 tables. (en attendant que de remonter à 100$)

Ce qui m'inquiète le plus cependant, c'est de voir que j'ai été maussade toute la soirée à cause de ça. Il ne faut pas que le poker ait une telle influence sur ma vie, la vraie.

Dernière pensée aux joueurs pros, pour qui ça ne doit vraiment pas être facile -psychologiquement- d'accuser de telles séries..

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Donc définitivement addict..
Mais apparemment cette dure série te fait prendre de nouvelles résolutions et ne pourra qu'améliorer encore ton jeu..?
Dis-toi qu'il y en a qui ont de plus graves problèmes en faisant sauter bêtement les prises électriques de leur chambre par la chute d'une lampe-lézard..

Moi, le nutella, ou la voie de l'optimizm'

aldanjah a dit…

oui mon jeu s'améliore plus que jamais.. :p

Si tu veux tu peux monter un blog "nutella libre addiction" Melle anonyme, je suis sur que ça marcherait :)

Ylmith a dit…

La frustration naît en effet bien vite dès que les cartes semblent vouloir nous lâcher et il faut un fond très solide pour ne pas grimper jusqu'au tilt...En même temps c'est ce qui fait du poker une école de vie remarquable, car se connaître et savoir réagir, savoir se maîtriser devient indispensable si on veut progresser. Je m'estime satisfait si, même en perdant, j'en tire quelque chose qui vient nourrir mon expérience de joueur. Jouant depuis un peu plus d'un mois il m'arrive maintenant de jouer 2 tournois à la fois. Ca me semble le max (pour moi) si je veux arriver à suivre le jeu des autres joueurs. Quand j'ai gagné mon premier tournoi (Sit-&-go sur une table à 3)j'ai évidemment été satisfait mais pas plus que ça. Le poker est une expérience quasi-infinie et toujours renouvellée et tous les jours on peut apprendre, et ça c'est vraiment motivant...Le poker finit par devenir un art qu'on prend plaisir à regarder chez les très grands joueurs comme on regarderait un grand film.
Il faut aimer et respecter ce jeu, il nous le rend bien.

aldanjah a dit…

"Il faut aimer et respecter ce jeu, il nous le rend bien" : citation magnifique, digne de Patrick :p

Sinon oui, je suis d'accord quand tu dis qu'il faut un fond très solide, il est très facile de partir en tilt si on fait pas gaffe :)

Ylmith a dit…

"Il faut aimer et..." . Bien sur c'est dit avec ironie en paraphrasant le "nous le valons bien" mais le fond est vrai. C'est un jeu "très simple" (mais seulement en apparence) mais d'une grande complexité émotionnelle. Hier soir encore en regardant le Poker Channel j'ai pu voir certains pro "tilter" sous la pression, avec des enchères de "débutant" et se ramasser très fort, comme quoi ce jeu reste humain, même chez les meilleurs.

Eupemia a dit…

Good words.