30/12/2008

Poker vs Rapido : impact du hasard

Me baladant par hasard sur le site Arteradio, je suis tombé sur une interview d'un anonyme, accro comme des milliers d'autres, aux jeux de hasard.

Cette interview est intitulée : « Un addict de la Française des Jeux ».



résumé : Comme des millions de Français, Daniel donne son argent à la Française des Jeux en échange de bouts de papier à gratter.

Il nous raconte son addiction au Rapido, l'équivalent du crack pour les jeux de hasard : effet bref et intense, accoutumance immédiate, détresse à prévoir.

Un podcast qui fait réfléchir, car la situation du mec est loin d'être enviable..

Qu'est ce qui nous différencie, moi -l 'addict au poker- et le mec interviewé -addict au rapido ?

Il y a évidement le coté "stratégie", qui différencie le poker des autres jeux de hasard classiques.

En énumérant les différents jeux d'argent, on remarque que hasard et stratégie sont complémentaires.
Plus il y a de stratégie, moins il y a de hasard (et vice-versa)

Par ordre de hasard décroissant :
1- Les jeux à gratter (aucune stratégie)
2- Les jeux de tirage (stratégie très limitée = multiplier les grilles)
3- Les paris sportifs et poker (stratégie + hasard)
4- Les échecs (jeu d'argent non officiel dans certains squares aux US, sans hasard)


Au poker, comme au rapido, il y a pas mal d'addicts.
C'est sans doute dû à la part de hasard.. qui permet même à celui qui n'a jamais joué d'avoir de chances de gagner.

Mais toute la différence est là :
La stratégie du poker est de chercher à réduire la part de hasard


Le problème en No-Limit : On trouvera toujours un adversaire qui vous surrelancera à tapis, vous forçant à jouer un 50-50, un 60-40 ou mieux.
Dans ces cas là, c'est alors à nous d'estimer si ce coin-flip est bon à prendre ou pas..

exemple: sur la main ci-dessous (la première d'un DoN à 5$), j'accepte de payer le all-in d'un adversaire car je pense être devant. Sans doute mal joué, car même si en effet je suis devant -et de loin, un fold me laissait avec suffisamment de jetons pour garder toutes mes chances..





On a donc beau essayer de réduire au max la part de hasard en sélectionnant au mieux ses mains et les adversaires contre qui on les joue, le hasard intervient toujours.

En tournoi, la stratégie optimale comporte une bonne dose d'agressivité.
Notamment en fin de tournois, lorsque les blinds sont élevées, ça se joue souvent sur un coin-flip, car on ne peut plus se permettre de jeter une bonne main lorsqu'on en touche une ..

Ce n'est pas Elky qui me contredira, lui qui a gagné l'EPT des Bahamas cette année, après 2 AK qui sont passés face à JJ et.. KK ..
(voir sur pokertube : episode 1 - episode 2 - episode 3)


Posez vous la question : quelle est l'influence du hasard sur vos résultats ?
Vous pouvez bien sûr jouer comme ce gambleur (vidéo youtube)



.. et avoir une moule d'enfoiré..
mais c'est logique : plus vous croyez au hasard, moins vous aurez de résultats réguliers (ce que je constate en ce mois de Décembre où je stagne)

Et si vous croyez au hasard, mettez vous au Rapido..

22/12/2008

Tilt ou mode "Gamble" ?

Fatale stagnation de bankroll..

Plus occupé à regarder des vidéos de High Stakes Poker, ou à participer à un concours de photos bidon, j'en ai oublié de bien jouer :)

Car mon jeu s'est un peu dégradé, suivant cet enchainement que j'ai déjà vu :

1- un déclencheur : dans mon cas, un 3-5s d'un aggro-ultra actif qui l'emporte sur mon AJs all-in préflop et me laisse avec 3 pauvres BB à la bulle d'un 2.20$..

2- un passage en mode gamble : classique réflexe idiot "puisque qu'on se fait sortir en jouant tight, autant être agressif !" ..
Résultat : on se met à attaquer violemment any A-x pré-flop, à push any suited connectors ou K-x dans les blinds, sans prendre en compte le profil des joueurs..

3- la diversification des modes de jeu, car les tournois à 45j (ou +) ne sont plus rentabilisés : un peu de CG, puis quelques DoN, voir 1 ou 2 HU..

(vous avez dit tilt ?)

Parfois, un passage en mode gamble peut s'avérer efficace ponctuellement (sur une table trop tight notamment), mais lorsque cette façon de jouer s'installe, ça s'apparente alors à du tilt..


Bref, dans les faits, la bankroll stagne.

Un résultat de Décembre très moyen en perspective donc..


La solution est pourtant simple à priori :
1- se recentrer sur les formats de jeu que je gère (les S&G à 45j et 180j)
2- resserrer le jeu, prendre des notes sur les joueurs et se baser sur celles-ci pour la prise de décisions..

Car comme je l'écris ici, (et j'en reste convaincu) les 2 ingrédients de base pour gagner au poker restent : un bon read et pas de poisse.

C'est inévitable : la chance influence toujours les résultats, mais elle ne devrait pas avoir d'impact sur la capacité à faire de bons reads.. (voir d'ailleurs les bons reads sur les 2 vidéos du très bon joueur Otto en HU sur Everest)

Je finirai donc par ce principe de base tout simple -ça peut pas faire de mal :
lorsque vous n'êtes pas en état de vous concentrer pour analyser les styles de jeu de vos adversaires (fatigué ? occupé à d'autres activités ?) autant ne pas jouer.

19/12/2008

Le tell de Daniel Negreanu..

J'ai recemment regardé la saison 4 de High Stakes Poker sur pokertube.com.
Cette émission TV suit une table de Cash Game de NL Hold'em, cave à 500k$..

On y retrouve des joueurs pros (comme Doyle Brunson ou Phil Laak) et des passionnés ayant les moyens (genre Guy Laliberté).

Bref, j'ai bien aimé une main jouée par un frenchie, David Benyamine sur cet épisode :




(la main en question commence à 5 min sur la 1ère vidéo)

Avec AA et à 3 limpers pré-flop, D.B. trouve un board peu dangereux en apparence, et seul Daniel Negreanu suit sa raise au flop. Sur la turn, Negreanu le reraise.
Vu les montants investis, il y a des chances que David soit battu, mais celui-ci voit Daniel sur un arrachage et va au bout de sa lecture : il pousse son tapis.. magnifique !

Sur cette vidéo, le tell de Negreanu apparait clairement :

D.B : -"You have a ten ?"
D.N : -"possible" (fait OUI de la tête)

D.B : -"You have 2 jacks ?"
D.N : -"i didn't say that" (fait NON de la tête)


Sur ce coup, tu descends dans mon estime Daniel :)

15/12/2008

Un petit geste pour un pauvre grinder..

Je me suis inscrit au concours de la meilleure photo "poker" sur ClubPoker.

à gagner, un bouquin de Gus Hansen pour les auteurs des 5 photos les mieux notés..

Je compte donc sur VOUS, oh fidèles lecteurs, pour m'aider à remporter l'un de ces bouquins..

J'aurais en effet bien besoin de quelques conseils de Gus, car Décembre se passe pas terrible pour l'instant..


Donc, même si mes 2 photos sont très moyennes, je vous encourage à voter pour celles-ci : (suivre les liens)

- lien photo 1
- lien photo 2 (volontairement désactivé)


Plus sérieusement, coté bankroll, ça décroit doucement..
Je ne résiste pas à l'idée de sortir l'excuse classique du looser : "je manque de chance", ni à celle de lister mes derniers bad-beat :

1- les qques duels perdus à tapis pré-flop.
- AK vs 66 à la bulle.
- AJ vs A4s qui limp UTG et call mon tapis sur ma BB
- AJ vs K5 qui push ma BB en SB à l'approche de la table finale d'un S&G
- KK vs AT qui push ma BB en SB, en CG

2- les coups post-flop :
- 10-10 vs JQ : je suis au bouton. Il limp puis call mon 4xbet pré-flop. flop 8-9-K. check, je mets tapis. Il paye et touche J à la river
- un A3s vs KQ. flop : A-K-10. Turn 5. River K.
- KQs vs AJ. en CG. Flop : 9-10-J. je suis au bouton et relance x2 sa mise 3/4 du pot, il call. Turn 9. Il check-call. River J. Il met tapis (1/3 du pot) et je fais un stupide "héro-call", trop dégouté.


Bien entendu, j'ai aussi infligé un ou deux bad beat.. (il faut être honnête) :
Par exemple un 10-J vs A-9 sur board : A-10-4-6-10. je check-call jusqu'à la river les pot-bets de mon adversaire pour toucher mon brelan. J'avais comme une envie de revanche sur ce joueur qui m'avait piégé en touchant deux 4 avec 7-4s quelques mains plus tôt..

Bref, même si je remporte ce coup, c'est mal joué. Cruel constat.
On va essayer de resserrer le jeu pour faire un peu mieux tout de même..

(Entre parenthèse, en rédigeant ce billet, je viens de sortir 11ème sur 180 d'un 2.20$..pas loin !)
Ça va venir.. ça va (re)venir..


Et n'oubliez pas de voter ! (clôture des votes le 20/12)

13/12/2008

Retour en forme !

Ayant débuté Décembre comme j'ai fini Novembre, c'est en dire en négatif, la petite semaine coupure m'a fait du bien.

Au poker, le moral a souvent un impact sur les résultats. Si prendre de la distance permet d'améliorer son moral, alors faire une coupure de temps en temps est forcément bénéfique.

En fait, j'ai surtout réfléchi sur les raisons qui me poussent à jouer : réelle addiction (jouer pour jouer ?) ou passion rentable ? (jouer pour gagner?) .. tout ça en parcourant quelques passages de "Ces dépendances qui nous gouvernent" de William Lowenstein, un véritable recueil d'expériences de dépendants dépressifs ... de quoi rassurer n'importe qui :)

Bref, une petite semaine à relativiser sur la série noire dont j'étais la victime, que cette première main d'un tournoi à 6.5$ illustre parfaitement :



(encore un bad beat, désolé pour vous)


Cette coupure m'a en tout cas permis de croire à nouveau en mon jeu et à ma capacité à accrocher de bons résultats.

Quant aux moyens, j'ai opté pour un retour raisonnable à des limites connues, car Décembre est déjà bien entamé et les fêtes sont proches :
- abandon temporaire des 6.5$ à 45 joueurs (trop peu de réussite en Novembre sur ce format)
- abandon des DoN (déjà 30$ de pertes en début de mois) où je trouve que l'agressivité est trop mal récompensée
- concentration sur les classiques 2.20$-180j et 3.25$-45j


Bref, un retour gonflé à bloc, et assez chanceux car j'ai déjà remporté une victoire à 108$ sur un Sit&Go à 2.20$-180joueurs, avec une série de bonne main au bon moment qui m'a permis de marcher sur la table finale.

Bref, cela donne le retour de ma bankroll à 1160$ :

Merci donc, Docteur Lowenstein !



Online Poker

Sinon à venir très bientôt un tournoi réservé aux blogueurs sur PokerStars.

On verra si il n'y a pas trop de monde, car hors de question que je joue 5h pour des cacahuètes. (Ça va dépendre du nombre de joueurs inscrits...)

01/12/2008

Bilan Novembre

Ça devient une mauvaise habitude : rien ne rentre en fin de mois..


Alors que je me vantais d'en être déjà à +600$ sur ce dernier post, je finis le mois sur un maigre +530$.

En cause, des tentatives foireuses sur les S&G à 6.50$ - 45j.
16 tournois (soit un total de -104$) pour 0 places ITM.

Je saute 3 fois en table finale, à la bulle :
- un A2 en low stack payé par J-10
- un 10-10 face à un AA
- un AK vs JJ

Sans parler de ce manque de chance (ça arrive) , je crois que c'est mon jeu qui s'est dégradé.

Sur les 6.50$, j'ai joué beaucoup plus tight que d'habitude.
Un style à la limite du weak, qui m'oblige à jouer mes tournois sur des coin-flip après m'être fait passivement bouffer par les blinds. Inconsciemment, je pense peut-être que le niveau y est plus élevé, ce qui me pousse à éviter les confrontations. Un peu trop sans doute.
6,50$ est encore un montant qui me bloque, même si j'ai largement la bankroll pour m'y installer. Il faut que je me détache du buy-in pour retrouver un poker décomplexé, plus agressif.

Bref, ce passage à 6.50$ a un peu pourri un peu mes stats de S&G :


C'est en DoN que j'ai amorti les pertes de cette fin de mois avec +490-390=+100$ au final sur Novembre. En HU comme sur les gros MTT, mes gains et pertes s'annulent.


Sur les nombreux S&G à 2.20$-180j de cette fin de mois, j'enchaine 2 tilts en table finale :
- 1 bluff idiot UTG+1 avec Q9. Sur un flop anodin, je m'enferme sans raison dans un bluff absurde (même pas crédible) et perds les 3/4 de mon stack. Je passe de 2ème sur 7 à 6ème sur 7, et saute sur la main d'après avec un A9 -que je push UTG- payé 3 fois.
- 1 tapis pré-flop avec KQs en BB sur la SB min-raisé du chip-lead, agressif. Il avait AK et me sort. 5ème. Là aussi encore large, j'aurais dû sentir le coup venir et patienter encore un peu.


Bref, j'ai cruellement manqué de motivation et de confiance en cette fin Novembre.
Je vais faire une coupure d'une semaine début Décembre qui me fera du bien.

Objectifs pour Décembre donc :
- premiers ITM en 6.50$-45j
- installation définitive à 10$ en DoN
- dépasser les 500$ de résultat mensuel


Pour finir, une main en FT d'un 3.25$, qui cette fois n'est pas un bad-beat.
Je l'intitule "Slowplay Sux":

24/11/2008

Un mois de Novembre record

Déjà 600$ de gain ce mois-ci, alors que Novembre n'est pas fini !

Je ne suis pas passé très loin d'une très bonne place ITM sur un MTT à 5.5$-1800j, car je termine à la 37e place, pour un petit 45$ à la clé (1ère place à 3k$).
Je sors sur un AKs que je push au CO sur un petit tapis all-in.
A ce moment là, seul le bouton me couvre, et il me paye avec AA. (donner AA au chip-lead à ce moment là, c'est pas humain quand même..)
Bref, pas de regrets, ce n'est déjà pas si mal. Ça me pousse à persévérer dans la voie des MTT à très gros field, tout en restant conscient qu'il faut énormément de chance (il s'agit avant tout d'éviter les rencontres malheureuses et les gambleurs compulsifs).




Pour la décoration, une main en table finale d'un 3.25$ :




Le chip-lead, un "donk agressif", limpe pré-flop sur les 2 low stack de la table : la BB et moi. Je le vois sur 2 têtes, mais je complète ma SB sans relancer, car il me couvre facilement, il est capable de passer en mode gamble pour me sortir, et j'ai pas envie de sortir avant la BB..
Le flop apporte 3 petits trèfles. Je min-bet avec mon As de trèfle, mais ça ne l'effraie pas et il me pousse à mettre mon tapis, ce que je fais.
Soulagement : il n'a pas de 8, et sur ce coup il n'a que 5 outs..
et puis .. .. river.. classique .."that's poker"..
Au moins, ça a fait plaisir à la SB :)





Sinon coté réflexions, je prends conscience que les Buy-In auxquels je joue limitent mes gains.
Ce mois-ci, en SnG, j'ai un ROI de 146% (dû essentiellement à 4 victoires à 108$ sur les SnG à 2.2$-180j). Beaucoup de chance donc, et surtout il est évident que je ne pourrai pas garder un tel ROI le mois prochain.
En supposant que je garde le même volume de jeu, il faudra donc que j'augmente les Buy-In pour faire un mois de Décembre au moins aussi bien que celui de Novembre.



Et oui, il suffit de jeter un coup d'œil sur le blog de Lontzac pour s'en rendre compte : ce joueur de HU -qui a l'item de Shark sur Sharkscope- monte progressivement en Buy-In, et ça lui réussit car depuis qu'il est passé aux HU à 50$, il a boosté ses gains (+1000$ cette semaine).


Bientôt donc, finis les SnG à 3.25$-45j, vous me verrez sur ceux à 6.25$-45j.
Idem, finis les DoN à 5$ car je serai sur ceux à 10$.

Voilà c'est écrit. Maintenant que c'est dit, il ne me reste plus qu'à mettre en pratique.. en tout cas je m'y prépare psychologiquement..
Ne dit-on pas : "penser en stratège, agir en primitif" .. ?

19/11/2008

Pokerthon à La Garenne Colombes (92)

A l'occasion du Téléthon 2008 est organisé le 6 Décembre à La Garenne un Pokerthon.



Structure du tournoi :
Short Handed - 10 000 jetons au départ, niveau de 30 minutes pour des blinds 25/50 avec antes à partir du Nv4.

200 participants sont attendus pour ce tournoi, dont les dons (+ gains générés par une buvette) seront entièrement reversés au Téléthon.


Il n'y a pas de buy-in pour ce tournoi (législation française oblige), mais de "nombreux" lots sont à gagner :

1 entrée de tournoi FFDP au cercle wagram
1 abonnement live poker, un cours de poker...
des mallettes, t-shirts , casquettes, DVD, magazines...
+ d'autres lots des commerçants de la ville

voir le blog pokerthon

et inscriptions sur le site www.lgj.fr



Je trouve l'initiative honorable, donc je relaye. Malheureusement je ne serai pas là, mais c'eût été avec plaisir sinon..

17/11/2008

La grosse perf arrivera.. bientôt

Encore une petite win la semaine dernière sur le Sit&Go à 2.2$ - 180j pour 108$ de gain.
Malheureusement, une partie de ces gains s'envolera et je finirai la journée à +78$ (c'est déjà pas mal), après avoir perdu 15$ en CG sur 2 mains :
- un brelan de 7 vs brelan de 8 (aïe)
- un coin-flip pré-flop 10-10 vs AK.

et une sortie 800e sur 1700 sur un MTT turbo à 16.5$.
Un malheureux JJ vs A-10 qui touche A à la river :




Bref un classique "good read but no luck", mais la confiance est là :
1- j'étais psychologiquement prêt à perdre ces 16,5$ (indispensable pour jouer décontracté)
2- Les 9 premières places offraient entre 370$ et 4k$, donc c'était un gain potentiel motivant.


Comme beaucoup de joueurs, j'espère qu'un jour je réussirai une super perf dans un de ces tournois pour un gain supérieur à 1000$..
Mais c'est comme au loto : 100% des gagnants ont tenté leur chance un jour au moins.


Bref pour revenir à ma bankroll, j'arrive mi-Novembre avec déjà 380$ (surtout grâce à la journée à 200$).


J'ai une "mauvaise" tendance à avoir de moins bons résultats en fin de mois.
Sans doute suis-je en général inconsciemment déjà satisfait de mes gains.. Et je finis par relâcher la pression.
Tachons de rester motivé -c'est à dire concentré- pour faire une fin de mois correcte.
(c'est ce que je vous souhaite en tout cas)

13/11/2008

Le format Double or Nothing

J'ai testé sur Pokerstars le format "Double or Nothing" dont j'avais entendu parler sur le blog de checkman :
10 joueurs. 5$ l'entrée, les 5 premiers repartent avec 10$, et les 5 derniers avec rien. (hors le rake de 4% du mode turbo).

Résultat pour l'instant : 20 victoires pour 10 défaites. Donc en positif de 44€. Heureusement, mais coté bankroll ça me permet surtout d'amortir les frais d'entrées des tournois à 45 et 180 joueurs, où je rame un peu ces derniers jours.

Du point de vue Rentabilité, le "D.or N." est comme le HU. Ou on double, ou on perd. C'est donc plus risqué que les Sit & Go à plusieurs tables : pour un même gain de 100$, on peut y arriver avec 2$ de mise en MTT, alors qu'il faudra miser 100$ en D. or N.

D'un point de vue Jeu, par contre, c'est bien plus facile qu'en HU, (surtout si vous êtes habitué aux tournois) car tout la plupart du temps, les joueurs sont très très tight et attendent que les autres sortent.


La stratégie à adopter :

1- essayer de se mettre à l'abri avant que les blinds ne soient trop lourdes (atteindre environ 2 fois le stack de départ) en multipliant de petits vols. Et éviter les joueurs loose qui cherchent la confrontation, bien sûr.

2- respecter les gros tapis, qui vous laisseront en général vos blinds en retour (une sorte de coalition contre les petits tapis s'instaure alors)

3- ne pas laisser les blinds des petits tapis (des raises à 2BB suffisent en général) et gambler lorsque le stack le permet.

Lorsque c'est la lutte entre 2 petits tapis pour la survie (à la bulle). Ça donne parfois des situations amusantes comme :
- des calls "familiaux" : tout le monde paye pour sortir le stack le plus petit qui est à tapis
- de grosses mains jetées pour survivre : par exemple un J-J qu'on lâche en BB face à un gros chip-leader qui se commite, sachant que le petit stack ne survivra pas à la BB qui arrive..
- ou autres exemples mentionnées sur le blog de checkman (oui son article là dessus est bien foutu)


Bref, le "Double or Nothing" a des adeptes, mais quand on reste en micro limite, on y gagne pas beaucoup :)

On peut le constater sur ma courbe de bankroll : Celle-ci stagne depuis ma grosse perf en MTT.

Ça continue de monter quand même.. 870$ à ce jour.

Mais on ne m'enlèvera pas de l'esprit que les MTT sont bien plus Rock'n'Roll que les D. or N. !



D'ailleurs, en parlant de Rock'nRoll, j'ai eu la chance de voir l'attendu Rock'N'Rolla, le nouveau film de Guy Richie, dans la lignée d'Arnaques, Crimes et Botanique et de Snatch.
Je vous le conseille, il est excellent.

07/11/2008

la journée à 200$

Très très bon feeling aujourd'hui avec 2 victoires dans le Sit&Go à 2.20$ - 180 joueurs. gains : 108$ + 108$ ( = nouveau record en 1 journée !)

Ça fait longtemps que ce tournoi me résistait (mon compteur en était à 6 secondes places et aucune victoire), donc c'est "normal" que je le gagne au bout d'un moment quand même :)


Sur ma 2ème win, je suis revenu de très loin, sur ce coup "clé" :
Nous ne sommes plus que 10 sur 2 tables.
Je suis de BB avec 8000, et j'ai Q2 dépareillé. la BB fait 3000, et la SB, qui me couvre, push.
Un petit coup d'œil sur l'autre table pour constater que le 10ème vient de sortir, ce qui motivera ma décision : si je fold, j'arrive en table finale avec moins de 5000 jetons + la SB à payer. c'est bien si je veux finir 8 ou 9ème, mais c'est m'empêcher d'emblée de finir dans le top du tournoi. Donc je call.
Je sais que je ne suis pas gagnant (il doit push avec Kx au pire), mais je le tente quand même.
Il montre AJ et touchera un A au flop, mais la river m'apporte brelan de 2 ! Ah c'est si bien quand la chance est au rendez-vous :)
Ensuite je profiterai d'un chip-leader très loose agro + d'autres joueurs très tight pour remonter -et m'imposer- en table finale.


Il y a quelques mois, j'aurais jeté ce Q2 sans réfléchir, préférant attendre un meilleur spot en me contentant d'une place ITM à 8$.

Bref, tout ça pour citer un extrait de Harrington on Hold'Em (vol 1.) :
"in order to reach the final table of a big tournament, it's not enough to get paid off on your monster hands. At least once or twice during the event, you're going to have to come back from the dead. You're going to be all-in against someone who has you beat and you're going to catch a card on fourth or fifth street that miraculously keeps you alive. I've been a lot of final tables, but I've never been one where I didn't have to hit a perfect card somewhere earlier in the tournament. That's a fact of life in all gaming tournaments, and poker is no different."

Ça m'a fait réfléchir, et je pense qu'il n'a pas tort à 100%..


Au final, le mois de Novembre commence assez fort : pourvu que ça dure :)

04/11/2008

Bilan Octobre + Cashout

Gain total : 315$ (vs 415 $ en septembre)

Assez décevant car j'avais atteint les 295$ le 12 octobre, donc une fin de mois laborieuse, comme on le voit sur le graph des gains par jour :


Stagnation aussi visible sur la courbe d'évolution de ma bankroll :

Pas très envie de faire un bilan détaillé, je remarque juste qu'à partir du 12.10, j'ai lutté pour rentabiliser les entrées en tournoi : mon ITM est resté constant (20%) mais mon ROI s'est effondré (de 240% en début de mois, il est passé à 61%)

Sans doute une mélange entre manque de réussite et manque de motivation pour passer de 1500 à 1600$.
J'ai donc profité de la chute de l'euro face au dollar pour faire un petit cash out de 1000$, et redémarrer Novembre sur de nouvelles bases.

1000$ - 10$ (Neteller) = 756€.
C'est déjà ça en ces temps de crise :)

Nouvelle bankroll à 550$ donc, et toujours les mêmes objectifs :
- stabiliser les gains quotidiens à plus de 20$ par jour
- formats de tournois
Sit&Go: 3.25$-45joueurs et 2.20$-180joueurs
HU : 6.25$ (je suis ouvert aux défis d'ailleurs)
MTT > 1000joueurs - entrées entre 5 et 10$

22/10/2008

Un bon read, et pas de poisse..

C'est ça la classe !


Facile au poker de ramasser un pot avec les nuts (= la main max, genre J-9 sur flop 7 8 10) + un basique slowplay sur lequel l'adversaire vient s'empaler...

Facile aussi de balancer le tapis pré-flop avec un AK, AQs ou paire moyenne +, sur un petit tapis à l'agonie.


Plus dur par contre (mais ô combien plus jouissif) de gagner des pots en vous basant sur vos reads (= votre "lecture" de l'adversaire), à condition d'être sur que l'adversaire en question ne soit pas en train de vous manipuler.


Comme exemples, 2 mains :

L'une en HU à 5$ :
Les mises turn et river de mon adversaire indiquent de la faiblesse.
En continuité avec ma min-reraise à la turn, je place un gros reraise à la river pour arracher le pot.





L'autre en tournoi à 2.20$-180j :
A ce stade, je suis encore confortable, classé 9e sur les 38 restants, et me retrouve confronté à une décision difficile lorsque mon adversaire met son tapis sur la turn.
Je ne le crois pas sur une Q, ni sur une petite paire qui aurait touché son full (il aurait sans doute misé moins pour rentabiliser sa main).
Je ne crois pas non plus sur un JJ, KK ou AA, car il n'a pas relancé pré-flop.
Je vais au bout de mon read, et je paye, au risque de sortir..





D'où le "un bon read et pas de poisse, c'est ça la classe"..

15/10/2008

le flirt avec les 1500$


Le cap des 1500$ s'avère difficile à passer, avec une journée de perte record à -35$.
Comment perdre 35$ ? C'est pas compliqué, cette somme correspond juste à une quinzaine de buy-in sur des tournois à 3.25$-45j et 2.2$-180j, sans finir une seule fois ITM.

En cause, pas de tilt, mais un simple bad run, avec un festival de paires craquées (dont quelques KK et AA), des tirages qui ne rentrent pas pour moi, mais qui rentrent pour mes adversaires, des mauvaises rencontres..

Pour illustrer ce bad run, voici un magnifique bad beat en table finale d'un 2.20$-180j, énorme : une rencontre 77 vs K-10.
Flop K-7-x. All-in ? ça me va ! ..
Post flop, je suis à 95% de chance de remporter le pot mais mon adversaire touchera une flush runner runner... = 2 carreaux sur 2 cartes..


Le problème lors d'un bad run, c'est qu'on manque de chance dans toutes les situations :
1- contre les bons joueurs, exemple sur les coin-flip genre paire vs Ax, ou le cas ci-dessus
2- contre les boulets (et là c'est le plus dur psychologiquement)
exemple : un gros gambleur agressif au bouton qui 3-bet votre BB. Votre tapis est à hauteur du sien, vous avez A-J. Il a encore une bonne fold equity, donc shove. Il paye avec une méga poubelle genre 10-3. Il touche et vous sortez.





Bref je pense être victime d'un acharnement "maléfique".
(oui carrément)

Que celui -ou celle- qui est train de s'amuser avec une poupée vaudou à mon effigie s'arrête sur le champ !




Bref, pas très original tout ça, juste un blog de poker de plus où le bloggeur déballe ses bad-beat du jour... J'essayerai d'être plus intéressant la prochaine fois. Peut-être avec le compte rendu du Harrington on Hold'Em Volume 1..

10/10/2008

Bon début de mois et léger craquage

Un mois qui part bien avec déjà 220$ de gain en 10 jours, et ma bankroll frôle les 1500$..


Malgré ça, je suis pas satisfait, car j'ai craqué hier en m'inscrivant à un tournoi à 33$.

La journée avait commencé par une seconde place sur un SnG à 2.20$ 180j (où pour la 5ème fois j'échoue en finale).
J'en étais à donc à 67$ de gain, lorsque relisant le commentaire de ce post, je me dis qu'il est temps de profiter de ma good vibe pour tenter un "gros coup", matérialisé par ce tournoi à 33$, 700 joueurs.
Je visais une petite place payée, c'est à dire finir dans les 99 premiers pour doubler mon investissement (au moins).
Le départ se passe bien et après un début tight, je stabilise assez vite à la 50e place sur 600, après une paire d'As sur laquelle je sors un stack entamé, qui me suis avec K-3 lorsqu'un roi tombe au flop.

Je ressers le jeu (un peu trop), place quelques vols sans insister quand ça résiste, et me retrouve 105e sur 300.

Puis je suis contraint de lâcher une paire de roi qui touche un K au flop, lorsque mes 2 limpeurs s'enflamment sur le 3ème carreau à la turn. Bon fold, car les 2 avaient effectivement couleur, et la river ne m'aurait apporté aucun full.

Ce coup me fait quand même assez mal, car je suis alors classé 150e sur 220.
L'équation est alors claire :
- soit les blinds continuent à me bouffer
- soit je tente ma chance sur une main moyenne pour doubler, et j'ai une chance de finir ITM.

Je suis UTG+1 et trouve 88. La BB fait 1/10 de mon tapis. Je raise x3, comptant sur mon image de serrure pour arracher ce pot.
Tout le monde se couche, jusqu'au bouton, un joueur tight qui a 3 fois mon stack. Il double ma raise, m'obligeant à engager les 2/3 de mon stack pré-flop. Il est très très très tight, donc ça sent pas bon.
Je pense qu'il y a une chance qu'il ait AK. Donc je call en me disant que je couche si le flop apporte un K ou un A (ce qui de toute façon était stupide car il m'aurait alors resté 3BB). Flop 7 J Q. All-in. Il paye et montre AA.

Voilà comment perdre 33$ stupidement. Sur une paire de 8.

La bêtise a été de miser "autant" sur un seul tournois. Il y a aussi de très bon tournois de même structure à 5 ou 10$.. En plus, je m'étais fixé 10$ de buy-in max par tournois. Bref, un tilt avant même que le tournois ne commence.

La journée d'hier se finit donc sur un modeste +34$, mais ce qui m'embête surtout c'est que j'ai perdu confiance.. Je n'ai pas trop envie de jouer, ce qui est embêtant car mon objectif de 60$ par jour ne va pas s'accomplir tout seul..


Sinon je me suis qualifié via un satellite pour le tournois 200k$ garantis de Pokerstars (11$ l'entrée hors satellite) qui aura lieu dimanche à 21h. Peut-être vous y croiserai-je .. :)

02/10/2008

Bilan Septembre

Un bon gros mois bien grassouillet, avec 440$ de bénéf, répartis ainsi :
- 375$ en SnG
- 60$ en HU (après 24 HU à 5$)
- 5$ en CG (pas de multitabling, juste un peu de "détente" sur du 5 Card Draw en Fixed Limit 0.10-0.25$)

Faut dire que le mois était bien parti après ce tournoi à 10$, ce qui m'a permis d'augmenter d'un level (= arrêter les petits SNG à 1.10$ pour passer à ceux à 3.25$)


Sur les SnG, voilà donc mes stats sur mes 3 formats favoris :
- le 1,1$ à 45 joueurs
- le 3,25 à 45 joueurs
- le 2,2$ à 180 joueurs


Enfin quelques bonnes places payées sur le 2,20$ à 180j ! (dont 3 secondes places à 70$).
Ça contribue en grande partie au résultat mensuel.

Mon ITM moyen à 20% est plutôt faible, mais il y a beaucoup de joueurs sur mes SnG, donc la variance a un impact plus important que sur les tournois à une ou deux tables.

Mon ROI moyen est à 53% (vs 35% en juillet et 25% en Août). Ça remonte, donc ça me va .



Sur le graph de mes gains par jours, on constate une fluctuation plus importante des résultats quotidiens que sur les mois précédents (max gains à 92$, max pertes à 24$), ce qui est normal car je suis passé à la limite supérieure.


Pas de périodes de bad-run (plusieurs jours de pertes d'affilée), ça aussi c'est bien - pour le moral surtout :)


Objectifs : dans l'idéal, faire un mois d'Octobre au moins aussi bien que celui de Septembre, ça va être chaud.

Les moyens :
- focaliser sur les formats 3.25$-45j et 2.2$-180j (et ne surtout pas redescendre aux 1.10$-45j)
- éviter le Cash Game et faire des HU si marre des SnG.
- tenter ma chance sur de gros MTT (1000 joueurs au moins, avec buy-in entre 2 et 6$)
- utiliser mes FPP pour m'inscrire à des satellites de gros gros tournois (50k$ min de prix).

23/09/2008

Party Poker, c'est fini..

Et oui, j'ai finalement craqué l'intégralité de ma bankroll sur Party Poker..
Bon, celle-ci avait été gratuitement obtenue (voir ce post), donc ça va...

Parti avec 30$, je suis monté jusqu'à 80$ grâce au cash game (blinds 0.10-0.25), et j'ai fini par tout tilter en une soirée :
- 60$ sur les tables de blackjack (fonctionnalité au combien distractive, mais au combien dangereuse pour la bankroll, proposée par Party Poker..)
- les 20 $ restant sur 2 mains de CG dont un 68s gamblé. flop 257. Le raiseur UTG pré-flop push (ça sent la top paire), j'ai payé pré-flop pour un flop comme ça (tirage QF), donc j'y vais : il montre A3 (!!), mais je ne touche rien, malgré ma tonne d'outs..

C'est dommage car j'en étais à 135 points sur les 150 nécessaires pour toucher le bonus supplémentaire (de 25$)..

De toute façon Party Poker, à part les boulets à gogo et la possibilité (qui est plutôt un espoir improbable) de toucher la cagnotte du bad-beat jackpot, c'est pas une salle géniale :
- trop de rake (en CG, et surtout en SnG)
- place imposée à la table
- pas moyen de voir les mains jetés sans passer par le HH.
- avatars imposés
- logiciel qui rame

Edit : Une nouvelle version du logiciel Party Poker a vu le jour depuis cet article, maintenant c'est aussi fluide qu'ailleurs, on peut voir les cartes jetées, choisir sa place, etc..

J'ai donc demandé une nouvelle "free" bankroll sur Fulltilt, toujours via YourPokerCash, et me voici donc repartit avec 50$ tout frais sur Fulltilt.

A première vue, ça rake normal en SnG (pas plus de 10% dès qu'on dépasse les 3$ d'entrée), et l'interface est plus sérieuse que Party Poker..
sans oublier qu'on peut choisir sa place à la table (très important !)
Je sens que je vais me plaire sur cette salle :)


Sur Pokerstars, ça se passe bien si on regarde le mois de Septembre au global (330$ de gains)

Mais ces derniers jours sont moralement difficiles, avec des horreurs (je vous épargne les coin-flips "classiques" qui ne passent pas) :
- en table finale d'un 2.20$, défense de ma BB avec 99 contre le chip-lead hyper aggro qui shove au bouton : il montre 10-4s et touche un 10 sur la river..
- Raise x3 d'un mec UTG dans les 12 derniers d'un 3.25$. J'ai KQs, je suis, pour 1/3 de mon tapis. K69 au flop. Le raiseur balance le tapis et montre A-10s.. et touchera une suite avec son 10 sur la river..
- min raise au bouton avec KJs dans les 20 derniers d'un 3.25$. Payé par SB et flop JKx. Je suis tcheck-raisé à tapis, je paye, et il montre KQ. turn et river : 10 et 9 ..

Bref, des coups de malchance, ça arrive, je sais que c'est passager, mais c'est parfois difficile de garder son sang-froid (même si c'est indispensable)..

16/09/2008

le cap des 1000 $

Non, je ne viens pas de remporter le bad-beat Jackpot de Party Poker (j'aurai pourtant bien aimé), qui est une cagnotte distribuée à la table de Cash Game où un carré de huit -ou mieux- perd le coup..


A lire pour ceux que ça intéresse :
- ici le règlement de ce Jackpot
- ici le bad beat qui touche la cagnotte record (plus d' 1 million de dollars) tombée en Août..



Donc non, je n'ai donc pas encore touché cette cagnotte, mais le moral est bon car le cap des 1000$ est dépassé sur Pokerstars.

Depuis ce tournoi à 10$ en début de mois, je suis en confiance et joue sur des limites un peu plus élevées (SnG multitable à 2.2$ et 3.25$, et des HU à 5.25$).
Pour l'instant, ça paye avec 250$ de gains en 15 jours.

Depuis début septembre :
ROI à 68% sur les SnG 3.25$ à 45j
ROI à 50% sur les SnG 2.2$ à 180j (en grande partie grâce à une seconde place à 72$ hier)
et 5 HU à 5.25$ gagnés vs 2 perdus.

Pourvu que ça dure..



Sinon en ce moment, c'est les WCOOP sur PS (championnat du monde online), jusqu'au 22 septembre.
33 events différents, toutes variantes, avec des frais d'entrées en général de 200$ minimum. Au dessus de mes moyens donc j'oublie.

Cet événement est plus que bien couvert par Pokerstars, avec un blog, et même une TV..

Pur moi, c'est surtout l'occasion de suivre quelques pros en direct sur leurs tables :
- Elky (pseudo : ElkY) en HU NLHE, très très agressif : 100% de ses mains relancées x4 pré-flop, ce qui l'amène à gambler pré-flop sur des mains comme KQ non assortis (où il gagnera un coin-flip décisif vs JJ..)
- Negreanu (pseudo : Kid Poker) en NLHE, très agressif aussi, voir gambleur. (Je l'ai vu faire des raises en positions sur petits stacks et payer leurs tapis après sur-relances avec Q9 non assortis, et même un J4s..)

Bref, ça joue beaucoup à l'intox, car vu la réputation des 2 bonhommes, leurs adversaires sont plus prudents, donc plus passifs. Ils en profitent, et ils ont raison.

Prochaine étape : les 1500$. Si je réussis à garder ce rythme, peut-être que moi aussi, un jour, ma réputation rendra mes adversaires passifs :)

11/09/2008

Bankroll de départ gratuite !

edit juin 2012 : article obsolète.
Yourpokercash ne travaille pas avec les sites français (autorisés par l'ARJEL)

par contre, pokerstrategy.fr propose le même service (bankroll gratuite sur partypoker.fr)
=> voir cet article : BANKROLL GRATUITE


_____________________________

Un peu de promo.. pour la bonne cause !



A la recherche d'un nouveau site pour transférer une partie de ma bankroll et ainsi toucher un bonus de dépôt, je suis tombé sur YourPokerCash.com, un site qui propose de nous lancer gratuitement en argent réel sur de nombreux sites, comme Full tilt, Titan Poker, Absolut Poker, etc..

Hum .."gratuit" .. c'est rare sur le web..
J'ai décidé de le tester : Au mieux ça marche, au pire ça me fera un article ..

Et bien ça marche !
Je me suis inscrit et j'ai demandé une bankroll pour Party Poker en suivant leurs instructions. Après une procédure un peu lourde et un peu d'attente, je me retrouve avec 30$ sur cette salle, (bien moins fluide et agréable que Pokerstars cela dit).
J'obtiendrai par ailleurs 25$ supplémentaires, si je joue un minimum dans le mois qui arrive.


Si ça vous intéresse, vous pouvez utiliser ce lien : YPC (mon Referral Code est ac3e1c )
et suivre les étapes suivantes :

1- s'inscrire sur YPC (email + scan de la carte d'identité)
2- effacer ses cookies (les salles de poker n'accordent pas les bonus si ils voient que leur page a déjà été visitée au préalable)
3- choisir une salle de poker en cliquant sur un des liens de YPC et télécharger le logiciel
4- ouvrir un compte sur la salle choisie, et entrer le code du bonus obtenu sur YPC
5- retourner sur YPC et donner le pseudo utilisé sur la salle choisie avec l'e-mail correspondant.

Ils créditent ensuite le compte (ça a pris une semaine pour moi).
Attention, la salle vous demandera -souvent- de faire un vrai dépôt (avec la CB ou un compte en ligne style Neteller ou Moneybooker), mais ce n'est pas nécessaire.
Autant attendre et obtenir cette bankroll de départ gratuitement..

Je doute que les promos de ce site durent très longtemps (ça parait trop beau pour durer)..
donc avis à ceux qui veulent s'essayer au poker en ligne avec de l'argent réel sans débourser un centime : c'est le moment ou jamais !

05/09/2008

Le tournoi de la relance

Miser plus pour gagner plus, il ne suffisait pas d'en parler, encore fallait-il se lancer..

En début de semaine, j'ai participé à un tournoi privé, organisé par kipik, un blogueur français, unanimement reconnu pour son talent au poker (rien que ça) et ses nombreuses participations aux sujets du forum de Club Poker.

10$+1$ pour s'inscrire, et un bounty de 109$ sur la tête de kipik (= celui qui le sort reçoit 109$).

Un succès apparemment, car il y avait 79 participants, alors que kipik s'attendait à "une vingtaine de pelés à tout casser" (d'après ses propres mots).



Résultats :
- Kipik se fait sortir par un chasseur de bounty qui paye son tapis pré-flop avec 10-6. Le 99 de kipik ne passera pas.
- Quant à moi, je finis 3ème, perdant un coin-flip sur un AQs vs 10-10 qui m'aurait envoyé en tête à tête avec 5 fois le stack du second. Néanmoins je touche déjà 94$, soit plus que mon pitoyable résultat d'août.

Plus il y a d'enjeu, plus le jeu est intéressant : je dis ça notamment pour les relances qui sont respectées, alors que sur les tournois à 1.10$, il n'est pas rare de voir un mec qui risque son tapis avec une min paire, même si il se sait battu, rien que pour voir si il touche son brelan à la river, et des rivers assassines, ça s'est déjà vu ..

Pour Septembre du coup, j'ai les moyens, je vais insister sur les tournois à 3.25$, en espérant y trouver du vrai poker.

Merci en tout cas à kipik, grâce à qui j'ai tenté ce tournoi à 10$, bien au-dessus de mes habituels frais d'entrée.

03/09/2008

Bilan Août

Petit mois d'Août, -encore plus petit que les mois de Mai, Juin et Juillet- avec un minuscule 63$ de bénéf.

Merci les Sit & Go (courbe rouge) car je stagne désespérément en Cash Game (courbe verte)

Arrivé à 810$ le 25.08, je finis le mois à 795$, à cause d'une mauvaise journée facilement repérable sur ce graph des gains par jours :



En cause, une mauvaise session de CG en mode horse (blinds 0.25-0.50$)
- 8$ de perdu sur une main de razz où je touche une main hauteur 7 à la 5e carte.. un donk avec qui je m'étais chauffé me raise avec A J Q en cartes apparentes .. pas de pb.. le pot peut grimper.. mais ce chattard en tilt aura une chance incroyable sur ses 2 dernières cartes..
- et 8$ de perdu sur une main de Omaha (KKxx avec board x K 10 x 10), mon full aux K est battu sur la river par un carré de 10 ..

Comme quoi même avec un style de jeu ultra tight, on peut se prendre des fessées..


Coté Sit & Go, pas grand chose de neuf, sinon ce petit bad beat sympathique :
QQ vs A-10, avec un carré de 4 sur le board :)

Évidement, il faudrait que j'arrête de jouer sur les petites limites pour booster mes gains.

Coté FPP par contre, ça a été le jackpot, avec le Summer Championship de Club Poker..
Faute de collecter les dollars, j'ai ramassé environ 16 000 FPP..(vs 2500 depuis mes débuts sur PS). Entre commandes de bouquins et autres, j'utiliserai sans doute ces FPP pour tenter quelques satellites pour des gros tournois.


Projets pour Septembre :
- transfert d'une partie de ma bankroll sur une autre salle pour toucher un bonus de dépôt. (en laissant une centaine d'euros sur PS)
- relance sur les S&G 2$ à 180j, et 3$ à 45j..
- lire les 3 Harrington on Hold'Em pour et progresser sur les tournois deep stack

27/08/2008

L'évolution au poker.

On dit souvent, en parlant du poker, qu'il faut 5 minutes pour en comprendre les règles, mais toute une vie pour apprendre à les maitriser.
Adeptes de citations ou pas, tous les joueurs tomberont d'accord :
les règles ne varient pas, pourtant on ne cesse jamais d'évoluer.

D'abord, c'est la technique pure qui évolue : maitriser le déroulement du jeu en fonction de ses mains, de sa position par rapport au bouton, de la profondeur des tapis, du style des adversaires et de leurs mises..

On arrive alors à un degré de technique proche du max (de son propre max, car je ne pense pas qu'il y ait de max absolu). D'autres paramètres viennent alors compléter notre évolution, que je classerais dans une catégorie "vision globale du jeu".
on progresse alors sur la gestion de ses émotions, et la gestion de bankroll.

Le but :
- prendre conscience de l'impact de la chance pour savoir encaisser les séries de bad-run, sans que cela n'ait de répercutions sur la technique (éviter les tilts)
- prendre confiance en soi pour miser de plus en plus, et donc gagner plus de plus.


Je ne sais pas si il y a un remède miracle pour encaisser la variance, mais une chose est sure, ce sujet n'a pas fini de faire couler de l'encre de squatter des octets..
Tous les joueurs sont d'accord :
"The difference between winners and losers is that some people are able to overcome the delusionality that results from downswings, whereas others are not." (phrase trouvée sur le forum 2+2 (anglophone) Success, Failure, and the Downswing Mindset)


Idem pour la confiance, je ne ferai que reprendre camile que ça travaille aussi :
"Ce n'est pas un problème de ne pas avoir envie de jouer, mais c'est un problème lorsque c'est pour des mauvaises raisons comme : la peur de perdre".


Ces sujets de réflexions sont au cœur de mes préoccupations pokeristiques, car depuis début Juillet, je remarque que j'enchaine 2 types de périodes :
1- celle où je gagne. Mais peu (10,20$ par jour).
malheureusement je manque de confiance, et n'arrive pas à passer le cap "miser plus plus pour gagner plus".
2- celle où je perds (5,10,15$ par jours).
j'ai alors carrément peur de jouer, donc je m'arrête pour éviter de perdre plus encore.


Bref, ainsi varie ma bankroll en ce moment.


Après avoir dépassé les 810$, je redescends doucement et me retrouve dangereusement proche des 800$..

J'ai en effet eu quelques horreurs à la bulle (bad-beat et coin-flip perdus) :
- A-9 vs 9-10 sur flop 9-x-x, tapis ! et 10 à la river..
- 3-10 vs A-8. flop : 3-8-10. tapis ! turn : un 8..
- AA vs 3-7s, A et 2 carreaux au flop, tapis ! et couleur en face sur la river..
- JJ vs A-10. tapis ! A au flop..

Bref, avec tout ce que j'ai dit plus haut, je ne vais pas accuser la malchance, on va dire que c'est la variance qui se venge pour tous les $ gagnés..

Pourtant, j'aimerai bien atteindre les 850$ avant fin août..

22/08/2008

La Gagne : extrait sur la chance

Petite lecture récente : celle de La Gagne de Bernard Lenteric.
Pour résumer, c'est l'histoire d'un homme au sang-froid hors du commun (Benedict) qui défie un milliardaire au poker. Un duel entre les 2 hommes commence, avec et sans cartes..

Je vous livre un petit passage (un conseil donné à Benedict par son mentor) qui parle de chance :
"La chance joue un rôle, Benedict. Pour ou contre toi.
Il te suffira de la reconnaitre, de faire le tri, de déterminer exactement ce que tu lui dois dans ta victoire ou ta défaite.
Elle est folle, elle n'a pas de logique. Rien ne s'oppose à ce qu'elle t'abandonne pendant quinze ans.
Ignore-la, Benedict, sitôt que tu l'auras reconnue, ne compte jamais sur elle, sauf pour la combattre et limiter ses effets quand elle aide les autres.
T'imaginer qu'elle joue systématiquement contre toi serait comme croire que la pluie te vise personnellement. Et s'agissant de pluie, rappelle-toi : le Mont Ararat a eu raison du Déluge."

ce passage est à relire régulièrement en période de tilt, lorsqu'on a l'impression que les bad beat s'acharnent :)


Mon avis sur ce bouquin :
Un peu déçu par le coté Poker justement, car je m'attendais à plus de technique.
Enfin c'est un best-seller donc forcément grand public.
Quelques incohérences : notamment ce défi qui commence par une somme que Benedict perd volontairement, afin de montrer au milliardaire qu'il est de son niveau (??)
Quelques scènes chaudes aussi -dont l'une, torride, au bord d'une piscine- histoire de plaire au lectorat masculin..
L'auteur, qui a été successivement -je cite- boxeur, danseur mondain, camelot, dirigeant d'une multinationale puis producteur de films, a un peu touché à tout.. on le sent à travers ce récit dans lequel tout est possible.. un style agréable, qui donne envie de découvrir d'autres de ses livres.

18/08/2008

La finale du PLO Championship Event de Club Poker

Ce free-roll, dont je parlais déjà ici est organisé par ClubPoker.net et a lieu sur Pokerstars durant le mois d'Août.



Après une qualification lundi dernier pour la finale du Pot Limit Omaha Event, je réussis dimanche à passer la bulle (les 50 premiers) pour finir 39e (sur 498 participants).

Pourtant j'ai faillit y rester, me retrouvant en difficulté après un AAxx vs KKxx qui m'a fait assez mal et m'avait relégué 240e sur 300.

J'ai néanmoins touché quelques bons flop par la suite, qui m'ont remis dans la course.

Je remporte donc un iPod Shuffle à 2Go, mais comme je déteste le logiciel i-tunes, j'ai préféré utilisé les 8000 FPP (monnaie virtuelle du site correspondant à cet iPod) pour me commander les 3 volumes des Harrington Hold'Em Poker, afin de :
1- compléter ma formation "autodidacte" par la lecture de ces classiques du poker
2- préserver le peu d'ouïe qu'il me reste.

Vous aurez bien entendu droit à des comptes rendus quand je les aurai lu (réception prévue dans 1 ou 2 mois).

Donc rdv sur pokerstars du lundi au samedi à 18h et 21h (2 tournois qualificatifs par jour, où il faut finir dans les 100 premiers sur 800 joueurs environ) et peut-être pour une autre finale le dimanche à 19h30.

Tous les détails sur ces tournois ici

07/08/2008

Quand ca veut pas ..

Difficile d'accrocher quelques dollars en ce début de mois de Août...

Petit série de défaites en SG à 1.10$ -45joueurs, avec pour commencer un KK en arrivant en finale table où je suis alors 6eme sur 9. Je relance x2 au bouton, all-in de la BB qui a 2 fois mon stack. Je call et il montre KJs.. qui touche couleur.. Je sors..

Je croyais que j'étais définitivement guéri du tilt, mais non, cette main craquée à ce moment du tournoi m'a fait très mal..

Je sors un peu bêtement sur 3 autres tournois..
dont notamment un J8s au bouton sur lequel je m'enflamme alors que je suis large.. Un limper, je raise x3, le limper call. Un flop avec 2 7 9, je mets mon tapis (3 fois le pot). Il me paye et montre A9s. Quel donk je fais..

Ensuite je décide de resserrer le jeu, mais pas beaucoup de réussite sur les coin-flip sur lesquels je re-raise pré-flop à tapis.. :
- un 66 qui se heurte à un A-10 qui touche
- un AK qui tombe face à un KQ d'un gambleur..
- un AQ qui ne touche pas face à 10-10

Quand je me mets à jouer tous les coin-flip possible, et surtout face à n'importe qui, c'est pas bon signe..

Enfin, je sors sur QQ re-raisé à tapis en SB. Payé 2 fois par 88, qui me couvre et 77, en low stack. Un 7 au flop, je suis encore dans la course face au 88, mais un 8 à la turn m'achève...

Bref, il y a des jours où ça veut pas..


Tout n'est pas si négatif, car je me suis qualifié hier au Round 1 du Club Poker Summer Championship, et ce du premier coup. Ça se passe sur pokerstars, 700 partants, les 100 premiers étaient qualifiés. Facile donc :)
Il parait que j'ai déjà gagné une casquette (wahoo!) comme tous les qualifiés, mais il y a d'autres lots intéressants comme des iPod, des Wii, des écrans TV, et 1 package EPT en premier prix..




Bref, c'est facile de se qualifier (2 tournois par jour) et c'est gratuit (il faut juste être membre du Club Poker, donc suivez CE LIEN si ça vous intéresse (dates et heures des tournois, modalité de qualifications, lots...)

Pour ceux qui sont déjà qualifié, RDV dimanche :)



Pour finir, voici le quizz n°4 :

Ça se passe en cash game NL 0.05-0.10, et je viens d'encaisser un gros pot à la main précédente en payant la raise all-in au flop (2 6 8) d'un agressif avec 10-10. il avait 5-7 mais n'a rien touché.

J'ai AQs et je relance à 0.25, payé par la SB, qui m'a l'air d'être assez tight.

Flop : A 6 10 tout à pic. Il attaque franchement à 0.5 (pot à 0.7). J'ai un as, mais beaucoup de main me battent (A6, A10, AK, 6-6, 10-10). Je ne pense pas qu'il m'ait simple call avec AA ou KK. Il y a aussi et surtout les possibilités de couleurs qui me font peur. Je call pour voir la turn.

Turn : K. il mise encore 0.5 alors que le pot fait 1.7

Cette carte n'a pas l'air de l'arranger.. Il n'a sans doute pas la couleur, ni de brelan, à moins que ça soit un piège..
Il est tentant de raiser pour qu'il lâche le pot de suite, mais il ne croira pas que j'ai la couleur.. alors ça va dépendre de mon read :

choix 1 : il est sur un simple tirage à pic (Ks-10 ?) et je suis devant. Je le relance et suis prêt à mettre mon tapis en cas de surrelance.
choix 2 : il a un as, kicker inférieur au mien, et pas de pic. Je fais croire à un AK et je relance.
choix 3 : il a une double paire A-6 ou A-10, mais ne lâchera pas sa main en cas de relance. Je call et vois ce qu'il fait à la river.

Tout ce que je peux vous dire, c'est que je ne me suis pas couché..
Suite de la main : ICI

04/08/2008

Edgar Poe aurait aimé les WSOP..

En guise de préface à son recueil de nouvelles Histoires Extraordinaires, que j'ai lu récemment, Edgar Poe (1809-1849) a une réflexion intéressante. Elle concerne la capacité d'analyse du cerveau humain, notamment utilisée dans le domaine des jeux (dames, échecs, whist). J'y ai vu de nombreuses analogies avec le poker, et il se trouve que le comité de rédaction de mon blog a validé la publication de cet extrait ici. Si vous avez le courage de lire ce copieux extrait, vous apprécierez :

"Les facultés de l'esprit qu'on définit par le terme analytiques sont en elles-mêmes fort peu susceptibles d'analyse. Nous ne les apprécions que par leurs résultats. Ce que nous en savons, entre autres choses, c'est qu'elles sont pour celui qui les possède à un degré extraordinaire une source de jouissances des plus vives. De même que l'homme fort se réjouit dans son aptitude physique, se complait dans les exercices qui provoquent les muscles à l'action, de même l'analyste prend sa gloire dans cette activité spirituelle dont la fonction est de débrouiller. Il tire du plaisir même des plus triviales occasions qui mettent ses talents en jeu. Il raffole des énigmes, des rébus, des hiéroglyphes; il déploie dans chacune des solutions une puissance de perspicacité qui, dans l'opinion vulgaire, prend un caractère surnaturel. Les résultats, habilement déduits par l'âme même et l'essence de sa méthode, ont réellement l'air d'une intuition.

Cette faculté de résolution tire peut-être une grande force de l'étude des mathématiques, et particulièrement de la très haute branche de cette science, qui, fort improprement et simplement en raison de ses opérations rétrogrades, a été nommée analyse, comme si elle était l'analyse par excellence. Car, en somme, tout calcul n'est pas en soi une analyse. Un joueur d'échecs, par exemple fait fort bien l'un sans l'autre. Il suit de là que le jeu d'échecs, dans ses effets sur la nature spirituelle, est fort mal apprécié.

Je prends donc cette occasion de proclamer que la haute puissance de réflexion est bien plus activement et plus profitablement exploitée par le modeste jeu de dames que par toute la laborieuse futilité des échecs. Dans ce dernier jeu, où les pièces sont dotées de mouvements divers et bizarres, et représentent des valeurs diverses et variées, la complexité est prise -erreur fort commune- pour de la profondeur. L'attention y est puissamment mise en jeu. Si elle se relâche d'un instant, on commet une erreur, d'où il résulte une perte ou une défaite. Comme les mouvements possibles sont non seulement variés, mais inégaux en puissance, les chances de pareilles erreurs sont très multipliées; et, dans 9 cas sur 10, c'est le joueur le plus attentif qui gagne et non pas le plus habile. Dans les dames, au contraire, où le mouvement est simple dans son espèce et ne subit que peu de variations, les probabilités d'inadvertance sont beaucoup moindres, et attention n'étant pas absolument entièrement accaparée, tous les avantages remportés par chacun des joueurs ne peuvent être remportés que par une perspicacité supérieure.

Pour laisser là ces abstractions, supposons un jeu de dames ou la totalité des pièces soit réduite à 4 dames, et où naturellement il n'y ait pas lieu de s'attendre à des étourderies. Il est évident qu'ici la victoire ne peut être décidée, -les deux parties étant absolument égales, - que par une tactique habile, résultat de quelque puissant effort de l'intellect. Privé des ressources ordinaires, l'analyste entre dans l'esprit de son adversaire, s'identifie à lui, et souvent découvre d'un seul coup d'œil l'unique moyen -un moyen quelque fois absurdement simple- de l'attirer dans une faute ou de le précipiter dans un faux calcul.

On a longtemps cité le whist pur son action sur la faculté de calcul; et on a connu des hommes d'une haute intelligence qui semblaient y prendre un plaisir incompréhensible et dédaigner les échecs comme un jeu frivole. En effet, il n'y a aucun jeu analogue qui fasse plus travailler la faculté d'analyse. Le meilleur joueur d'échecs de la chrétienté ne peut guère être autre chose que le meilleur joueur d'échecs, mais la force du whist implique la puissance de réussir dans toutes les spéculations bien autrement importantes où l'esprit lutte avec l'esprit.

Quand je dis la force, j'entends cette perfection dans le jeu qui comprend l'intelligence de tous les cas dont on peut légitimement faire son profit. Ils sont non seulement divers, mais complexes, et se dérobent souvent dans des profondeurs de la pensée inaccessibles à un intelligence ordinaire.

Observer attentivement, c'est se rappeler distinctement; et, à ce point de vue, le joueur d'échecs capable d'une attention très intense jouera fort bien au whist, puisque que les règles de Hoyle, basées elles-mêmes sur le simple mécanisme du jeu, sont facilement et généralement intelligibles.

Aussi, avoir une mémoire fidèle et procéder d'après les livres sont des points qui constituent pour le vulgaire le summum du bien jouer. Mais c'est dans les cas situés au delà de la règle que le talent de l'analyste se manifeste; il fait en silence une foule d'observations et de déductions. Ses partenaires en font peut-être autant, et la différence d'étendue dans les renseignements ainsi acquis ne gît pas tant dans la validité de la déduction que dans la qualité de l'observation. L'important, le principal est de savoir ce qu'il faut observer. Notre joueur ne se confine pas dans son jeu, et, bien que ce jeu soit l'objet actuel de son attention, il ne rejette pas pour cela les déductions qui naissent d'objets étrangers au jeu. Il examine la physionomie de son partenaire, il la compare soigneusement avec celle de chacun de ses adversaires. Il considère la manière dont chaque partenaire distribue ses cartes; il compte souvent, grâce aux regards que laisse échapper les joueurs satisfaits, les atouts et les honneurs, un à un. Il note chaque mouvement de la physionomie, à mesure que le jeu marche, et recueille un capital de pensée dans les expressions variées de certitude, de surprise, de triomphe, ou de mauvaise humeur. A la manière de ramasser une levée, il devine si la même personne en peut faire un autre dans la suite. Il reconnait ce qui est joué par la feinte à l'air dont c'est jeté sur la table. Une parole accidentelle, involontaire, une carte qui tombe, ou qu'on retourne par hasard, qu'on ramasse avec anxiété ou avec insouciance, le compte des levées et l'ordre dans lequel elles sont rangées; l'embarras, l'hésitation, la vivacité, la trépidation, -tout est pour lui symptôme, diagnostic, tout rend compte à cette perception, -intuitive en apparence,- du véritable état des choses. Quand les 2 ou 3 premiers tours ont été faits, il possède à font le jeu qui est dans chaque main, et peut dès alors jouer ses cartes en parfaite connaissance de cause, comme si tous les autres joueurs avaient retourné les leurs.

La faculté d'analyse ne doit pas être confondue avec la simple ingéniosité; car, pendant que l'analyste est nécessairement ingénieux, il arrive souvent qu'un homme ingénieux est absolument incapable d'analyse. La faculté de combinaison, ou constructivité, par laquelle se manifeste généralement cette ingéniosité, et à laquelle les phrénologues -ils ont tord, selon moi,- assignent un organe à part, - en supposant qu'elle soit une faculté primordiale, a paru dans des êtres dont l'intelligence était limitrophe de l'idiotie, assez souvent pour attirer l'attention générale des écrivains psychologistes. Entre l'ingéniosité et l'aptitude analytique, il y a une différence beaucoup plus grande qu'entre l'imaginative et l'imagination, mais d'un caractère rigoureusement analogue. En somme, on verra que l'homme ingénieux est toujours plein d'imaginative, et que l'homme vraiment imaginatif n'est jamais autre chose qu'un analyste.
..."


Mon petit commentaire :
Je suis d'accord avec Edgar !
Les échecs ont un coté très technique, et demandent énormément de travail pour maitriser les classiques : ouvertures, profiter d'avantages de positions ou pièces, savoir gérer les finales, etc ... (au passage : je suis tombé sur une très bonne partie d'échecs commentée ici )
Au whist -comme au poker- c'est beaucoup plus simple en apparence, et lorsque l'on progresse, ce sont nos observations qui s'affinent plus que notre technique.

Et pour en revenir au bouquin en général, mise à part la nouvelle du Scarabée d'Or plutôt originale, les intrigues et la résolution de celles-ci sont accompagnées de longues analyses, ce qui rend ces 300 pages peu digestes...

01/08/2008

Bilan Juillet

Et oui, comme je le préssentais, je n'ai pas réussi à atteindre les 800$ en Juillet...

Hier, c'était le moment de réaliser une remontée fulgurante, mais pas trop de réussite avec 3 AA craqués :
- un AA préflop, à la 2ème main d'un tournoi à2.20$, payé par A3 et AQ. le A3 fait suite.
- un autre AA pré-flop, payé par 66 qui touche un 6 à la river.
- et pour un finir un dernier AA slowplayé. Rien au flop. Turn : un J. Tapis d'un J-10. Je paye, mais un 10 tombe à la river.

Bref, après ça, je pense que tout mes AA passeront en Août :)

Pour en revenir au bilan de Juillet, ce mois a été le plus mauvais avec +85$ (vs 225$ en mai et 107$ en juin).
Ma bankroll stagne.. Mon objectif pour Août sera donc évidement d'inverser la tendance et de repasser au dessus des 100$ sur le mois (je pense que c'est facilement réalisable).

Mes gains par jours ont été petits, et beaucoup (trop) de journées en négatif :


Pour expliquer cette contre-performance, je pense m'être un peu enflammé après la journée à 42$ et mon jeu a varié :
1- j'ai un peu trop insisté sur le tournoi à 2.2$ - 180j : (37$ de pertes sur ce format pour un ITM à 5%)
2- trop de mélange CG et S&G. Le mélange des styles est sans doute néfaste, entre le cash-game où il faut jouer tight et les Sit&Go où il ne faut pas hésiter à être moins sélectif sur ses mains de départ lorsque les blinds nous bouffent. Résultat : quelques sessions de cash game en loose agr dont une journée à 30$ de pertes en CG.

Mon bilan en S&G sur juillet :
ITM à 25%
ROI à 35% (vs 58% en moyenne sur mai-juin-juillet)

Pour Aôut donc :
- moins de tournois à 2.2$
- pas de grosses sessions de cash game perdantes
- et forcement, moins de bad-beat :)

29/07/2008

Coté bankroll, la stagnation continue : je tourne toujours autour des 730$, attendant une performance sur un Sit&Go à 2.20$ -180j qui fera décoller ma bankroll d'un seul coup..

Je vais encore avoir l'air de me plaindre, mais j'ai eu le droit à des sorties de tournoi pas très chanceuses.

D'abord un classique : un AA all-in pré-flop, craqué par 10-J.. Etrange call, car mon style de jeu était carrément tight, donc encore un boulet qui s'enflamme et touche contre le "damned" aldanjah..

Et un autre bad-beat, magnifique celui-là : K-10s, flop : 9,J,Q (qui m'apporte suite + tirage quinte flush). L'autre part all-in avec KJ. la turn : un K. la river : un J. no comment : il a touché 2 de ces 4 outs pour faire un full en 2 cartes (soit 2% de chance de remporter ce pot ..)..

Pour finir une rencontre improbable : proche des places payées, je suis en low stack et reçoit KK. C'est all-in, bien sur !! 2 payeurs : AA et .. AA . Mauvaise rencontre, ça arrive..

Bref, en attendant je ne gagne pas beaucoup de sous..



Sinon dernièrement, Camile a posté quelques vidéos intéressantes, dont celle d'un HU (duel) à 100$ :




Ça n'a pas l'air si compliqué :)

17/07/2008

les 800$ seront durs à atteindre pour la fin Juillet

Pas trop de réussite sur le format de Sit&Go à 2.20$ - 180 joueurs.

Sur 15 tournois, une seule place ITM et un résultat de 25$ en négatif ..

Comme le montre ces stats, je saute un peu trop souvent avant les places ITM...
Parfois sur des Bad Beat (AJ vs 10-Js) ou sur des coins flips qui payent pas (10-10 vs A-K, ou sur cette top paire de 9 sur un flop à trèfle, avec une river qui apporte une Quinte Flush Royale à un de mes adversaires.

Il me manque sans doute un peu d'agressivité au stade intermédiaire du tournoi (lorsqu'il ne reste 60-80 joueurs) et ça m'amène en low stack vers les 40 derniers, et j'ai pas encore eu beaucoup de réussite sur les moments clés à ce stade.

Mais ça va venir, ça va venir. La première place à plus de 100$ me fait un peu baver, et comme il y a 180j (vs 45j sur les tournois que je fais d'habitude), c'est normal que je galère un peu plus pour rentrer ITM.


Néanmoins, quelques places payées dans les tournois à 45j, et une session de cash game où ça se passe bien (comme sur ce 6-4s avec suite au flop face à un mec qui essaye d'arracher avec sa top paire ..) ont permis à ma bankroll de repasser au dessus des 700$.

Ces 10 prochains jours se passeront au soleil, donc peu de poker online (peut être en live ?), donc pour atteindre les 800$, il me faudra réaliser une énorme perf durant les 3 derniers jours de Juillet. Ça dépendra donc de mon état d'esprit à mon retour..

11/07/2008

Renouveau en Sit&Go mais tilt en Cash Game

Me suis un peu enflammé sur ce dernier post, où je me fixais comme objectif de ne plus me contenter 10$ de gains par jour. Le retour à la réalité fut rapide avec une session de CG on tilt..

Je m'ouvre 6 tables, classique, mais je ne touche pas énormément de mains, je limpe des connecteurs suited en position mais rien ne tombe. Je place quelques vols, mais je dois lâcher un premier gros pot sur un arrachage relancé.

Sur une première table , ma bankroll passe de 7,5 à 4,5$. Je me rends compte que je joue un peu trop loose et ressers le jeu..

Sur cette même table, premier bad bat : un AA craqué par le K7s d'un low stack. Petite perte de 1,5$, pas si énorme, mais douloureuse pour le moral.

Puis, sur une autre table, mon KK vient s'empaler sur un AA.. une cave à 7,5$ en moins..

et là c'est l'enchainement infernal.

Je gamble un loose agressif avec QJs. Je trouve mon tirage couleur donc paye son tapis au flop. Avec K-10, il a trouvé un K, mais 1 chance sur 3, c'est léger : pas de miracle : -4$

Il repartira même avec le reste de ma cave car je gamble pré-flop avec AJ vs 10-10... je touche deux As, mais 10 sur la river.. -3,5$

Et le maxi-tilt sur un 10-9s:
mini raise x2 de UTG. 4 personnes call.
flop 10-9-4. UTG raise, UTG+1 limp, je re-raise x4, et comprends que je suis perdant lorsque UTG+1 suit. Il est très tight (je l'ai repéré sur d'autres tables), donc une petit voix dans ma tête dit "merde".
La turn est un vulgaire 6 qui m'apporte un tirage couleur. Il check, je raise à la moitié du pot, et il me re-raise à hauteur du pot. Là, ça sent le brelan. Je limpe quand même.
Puis la river amène un autre 6. il mise 1$ dans le pot à 7$, et là au lieu de folder, je mets stupidement mes 3,5$ restant, comme si il y avait encore une chance pour qu'il se couche.. Il retourne 44.. je le savais..

Bref, là j'ai compris que j'étais en tilt, mais c'était trop tard, comme souvent. Je retourne à ma bankroll et constate que je viens de perdre 30$, en moins d'une demi-heure..

Me re-voici donc, autour des 700$. Heureusement que ça se passe plutôt bien en Sit&Go ces derniers temps, où je retrouve de bonnes sensations..

J'ai du coup essayé 4 petits Sit&Go à 2.20$ - 180 joueurs pour essayer de remonter en positif aujourd'hui.
Je sors deux fois en milieu de tournoi, et je suis éjecté à la bulle du troisième :
ça fait 5 minutes qu'il ne reste que 19 joueurs, et 3 tours que je passe toutes mes mains.
Puis je trouve AK en BB, un gros stack en mode loose me paye avec 68s. Il touchera sa couleur.. Un très mauvais move, car il avait juste callé la BB, et mon tapis était trop petit pour le dissuader de me payer.

Je sortirai 8ème du suivant : KK vs 77. Un 7 sur le board, ma re-raise pré-flop à 1/4 de son tapis n'a pas été assez dissuasive pour ce gros joueur à -2100$ sur sharkscope..

Pas de grosse remontée donc, mais je vais persévérer en sit&go sur la fin de ce mois de Juillet (où j'aurai moins de temps de jeu)


Dernière main à voir, (elle n'est pas de moi), c'est celle d'yvoutime qui ramasse un ENORME pot à 6,8k$ en CG sur un tirage couleur qui tombe.. couillu..

09/07/2008

Le gain passe par la psychologie !

Allez ! les 700$ sont dépassés avec une journée à 42$ aujourd'hui.

Je ne vous cache pas que le résultat de cette journée est plutôt satisfaisant pour moi, grindeur de petites limites, car je n'avais pas dépassé les 30$ en une journée depuis plus d'un mois.. si seulement elles pouvaient toutes être comme ça...

La différence entre cette journée et les précédentes est : la volonté.

Hier, j'ai eu une journée pas top.
J'atteins les 15$ de bénéf à la mi-journée (dans ma moyenne sup). Satisfait, je me décide à gamble un peu, quitte à redescendre à +10$, ce qui m'aurait convenu.

Arrivent alors 2 bad beat douloureux en cash game :
D'abord un brelan de 6. le flop comporte 2 carreaux : je relance pour sortir l'éventuel tirage couleur. All-in en face. Je paye. Sa double paire J-4 ne fait pas le poids, mais il touchera l'un de ses 2 outs : un J à la turn.. - 7,5$

Puis un brelan de 2. Je suis au bouton, et raise mollement au flop pour être suivi. Tirage à pic possible à la turn : je met une patate. C'est payé. la river : un A. Ce cocu avait AA, et c'est encore un "coup à 2 outs" qui me fait perdre 5,5$.

Et encore un petit bad beat .. cette fois-ci en Sit & Go.
Nous sommes à la bulle d'un tournoi à 45 joueurs (entrée à 3.25$). Le prochain qui sort n'est pas payé. Je suis 4ème sur 8, confortable, et trouve QQ à la BB.
une relance x2 en middle position, suivi par le bouton, tapis chez moi, sans hésiter. Le premier passe, et le bouton me call avec ...97s.. (??)
Evidement, il touchera 5 6 au flop et 8 à la river.
Là je suis énervé. Son call n'a rien de cohérent. Si il perd ce duel, il ne peut même plus payer une big blind, donc ce mec joue 3.25$ sur un 97s.. ça me sidère de voir des gambleurs pareil, surtout lorsqu'ils touchent contre moi.

Bref, d'autres tournois à 1,10$ ont suivis, avec tilt : je cherchais à tout prix les coin-flips.. .. Je finis la journée à -6$, dégouté.

Une bonne nuit de sommeil là-dessus, et je repars motivé. Il fallait absolument faire remonter cette satanée courbe qui stagne depuis trop longtemps..

Résultat : sur 5 tournois à 1.10$, je finis 2 fois 1er et 2 fois ITM.

Alors que d'habitude je me permets de jouer décontracté dès que je dépasse les 10$, là je voulais tout casser, pour me rattraper de cette fin de journée cauchemardesque d'hier. Je suis resté concentré : j'ai agressé les passifs, j'ai attendu les bons moments et slowplayé face aux joueurs loose, j'ai placé de bons vols lorsque mon stack devenait trop short, et ça a porté ses fruits.

Il y a certes un facteur chance, mais je suis convaincu que le mental y soit pour quelque chose dans ma réussite d'aujourd'hui.

Objectif maintenant : ne plus me contenter de journées à 10$ de bénéf, et atteindre les 800$ avant la fin du mois.